Le point de vue de l’observateur est unique

Maîtriser les proportions.

Le respect des proportions est un des premiers écueils que rencontre le dessinateur débutant, et même quelques fois les plus confirmés.
Expert ou non, nous avons tous un esprit critique bien réel.
Devant une illustration, nous sommes tous capable de déceler la moindre anomalie.

Nous sommes tous capables de détecter sans hésitation une ébauche ratée.
Même si on ne sait pas vraiment où se trouve le problème.

En fait, nous sommes tous des critiques d’art sans le savoir.
Quand j’ai commencé mes premiers dessins, j’ai très vite utilisé le système de grille de Dürer. Mes dessins sans grille étant tout simplement abominables.
Après quelques essais, je me suis aperçu que la grille ne suffisait pas à faire de moi un bon dessinateur.
Pour progresser, il me fallait aller plus loin dans la compréhension des volumes et des formes.

La grille permet juste de respecter les proportions et la position des objets.

Elle évite les plus grosses erreurs, mais comme il est hors de question de faire du point par point, les petits défauts que l’on retrouve au niveau des détails montrent que le dessinateur ne connaît pas bien son sujet.
Quant aux illustrations purement issues de l’imagination, la technique de la grille n’est plus d’aucun secours. Et même s’il s’agit d’une interprétation, cela n’empêche pas le respect des règles fondamentales qui régissent notre environnement.

Le point de vue de l’observateur est unique.

Dans la compréhension de l’univers qui nous entoure, et cela, bien avant d’aborder les problèmes liés à la perspective il est une règle absolue qui est le départ du dessin :

Dans une illustration, on ne peut représenter qu’un seul point de vue à la fois.

C’est évident. Un dessin d’artiste n’est pas un film.
Et, à part l’art abstrait qui se permet toutes les fantaisies (Picasso en a été le précurseur), ou le dessin technique qui prévoit des vues de face, de dessus, de gauche ou même en coupes, le dessin artistique est limité à un seul point de vue.
Un seul shoot comme diraient les photographes.
C’est ce qu’on appelle le point de vue de l’observateur. Et il est unique dans le temps et dans l’espace.

Or représenter un seul point de vue demande au dessinateur de se positionner toujours au même endroit. EXACTEMENT au même endroit. Et que la scène soit fixe.
C’est très difficile si on souhaite réaliser une illustration proche de la réalité. Cela demande beaucoup de pratique.

Le système de visée de Dürer

Plusieurs artistes, dont Dürer, ont cherché à résoudre ce problème par des artifices plus ou moins sophistiqués.
La grille mise au point par Dürer était un mécanisme assez lourd.
Il comportait un système de visée garantissant à l’observateur de se positionner toujours au même endroit. Ainsi, il conservait un angle de vue unique dans le temps.

On comprend fort bien, que malgré ce dispositif, le pari est assez risqué surtout s’il s’agit de représenter des modèles humains.
La reprise d’une pose a l’identique n’est absolument pas garantie et le bénéfice d’un tel système reste somme toute assez marginal.

Utilisez la photo, sans complexes.

Or, de nos jours, nous disposons d’un moyen très efficace pour figer l’instant présent : la photographie.

Pourquoi ne pas en profiter? Par purisme ? Par principe? Le dessin en lui même est un exercice difficile pour un débutant, alors pourquoi s’ajouter des contraintes inutiles ?

L’apprentissage se faisant progressivement, je pense que les difficultés doivent aussi être surmontées progressivement au risque de se décourager et de ne pas persévérer.

C’est pour cette raison que le plus simple pour débuter, ou pour ceux qui comme moi ne sont pas à l’aise dans les proportions, je vous conseille de dessiner à partir d’une photo.
La photo est instantanée. Il n’y a pas de risque d’erreur, tous les objets sont représentés au même moment depuis un point de vue unique.
Un autre avantage de la photo, c’est que vous pouvez travailler votre scène en plusieurs séances en étant assuré de retrouver exactement la même configuration à chaque reprise.

La photo vous permet aussi de travailler à partir de souvenirs de vacances, ou simplement de glaner vos sujets sur le web.

Par la suite, si vous en avez l’envie, vous pourrez croquer sur le vif.
Je suis persuadé que cela doit donner une nouvelle dimension au dessin, en particulier au moment de la réalisation.
Mais dans tous les cas, si vous voulez une restitution cohérente, vous devrez toujours conserver un point de vue unique d’observation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *